Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

# COMPLEXE DU POULET

3 Juillet 2012 , Rédigé par Yay' Publié dans #ma vie mon oeuvre

Par définition, une fille va toujours se trouver un défaut physique. C'est comme ça.

Le défaut n'est d'ailleurs pas forcément là où le verrait un regard extérieur. Ainsi, combien de fois en Espagne avons-nous pouffé avec l'Homme sur des filles à la carrure imposante qui, au lieu d'enfiler des tuniques amples, se vêtissaient de t-shirts avec liens croisés et incrustés dans le dos. Les boudins sur la peau nue les faisaient ressembler à une rosette (la charcuterie, pas la petite fleur) Je suis sûre que ces filles-là étaient plus gênées par un charmant cheveu sur la langue que par cet effet saucisson...

Bref, une fille = un défaut, point. Les unes estiment avoir des oreilles en feuille de chou ou une poitrine trop riquiqui, les autres, des fesses trop imposantes ou des genoux trop vilains.

Et puis il y a celles, comme moi, qui ont des chevilles sans trou. Je mets "celles" au pluriel mais en réalité, je pense qu'on est deux sur Terre. Dont une avec le complexe.

La cheville sans trou, ça ne se voit pas de face. Le plus terrible, c'est de dos. La jambe n'est qu'un poteau. Quand on a de la chance et qu'on bronze bien, ça fait poteau en bois, c'est beau le bois, c'est dans les couleurs chaudes.

Mais moi, en plus d'avoir des chevilles sans trou, j'ai aussi une peau de poulet donc la jambe pas bronzée du tout. Et ça, ça met dans la case "couleurs froides". Direct.

C'est même pire que ça puisque ma peau est multicolore : un fond blanc, donc, parsemé de points rouges et s'il fait froid, à la faveur d'une circulation du sang qui doit être légèrement défectueuse, des marbrures allant du violet au bleu.

La combinaison de cette peau transparente et de cette circulation sanguine défaillante déclenchent également une grande capacité à marquer les coups, ajoutant ainsi une touche de marron-vert à cette palette chromatique.

Si en plus il traîne un rosier au fond du jardin, qu'une branche pleine d'épines vient à tomber, que malencontreusement je marche sur cette branche et que, comme dans les sketchs de clowns, celle-ci se rebiffe, je suis sûre de me la planter... en plein dans le tibia. C'est vrai que cette jambe peau de poulet pas cuit, marbrée violet-bleu à coups marron-vert manquait d'écorchures rouge vif.

(réalisé sans trucage évidemment...)

(réalisé sans trucage évidemment...)

(toujours sans trucage. Note pour plus tard : ne jamais se prendre en photo en contre-plongée, sur les jambes au moins, on dirait que ça ne met pas en valeur !)

(toujours sans trucage. Note pour plus tard : ne jamais se prendre en photo en contre-plongée, sur les jambes au moins, on dirait que ça ne met pas en valeur !)

Chez moi, ce défaut physique est passé de "à cacher parce que bon, je fais un gros complexe alors tant pis, je resterai en pantalon par 40° parce que je ne PEUX PAS mettre de jupe courte" à "bof, tant pis, je montre mes jambes".

C'est venu tout d'un coup à la faveur d'un mariage. Là, j'avais quand même troqué l'éternel pantalon pour une robe (longue, la robe !) et j'ai passé quasiment tout l'après-midi accroupie car Pimprenelle ne marchait pas tout à fait. Donc j'étais accroupie pour l'aider à passer de quatre pattes à assise, de assise à debout, de debout à quatre pattes... Bref. Accroupie au milieu des gens. Et des jambes ! Des pattes de poulet, il y en avait à foison ! Incroyable !! Pourquoi donc toutes ces filles les montraient et pas moi ? Qu'à cela ne tienne. Je vais accrocher des jupettes dans ma penderie maintenant.

Ayant accepté mes poteaux multicolores comme partie intégrante de moi-même au même titre que mon fessier m'ayant valu des compliments sifflés dans la rue, je suis à ce jour en quête d'un nouveau complexe physique.

Car fille = défaut. CQFD.

Partager cet article

Commenter cet article