Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

# ROUTE

6 Juillet 2012 , Rédigé par Yay' Publié dans #en musique, #ma vie mon oeuvre

# ROUTE

J'adore être longtemps sur la route. En week-end, en vacances, peu importe, on quitte le train-train.

Aujourd'hui justement, l'Homme et moi sommes sur la route tandis que Petit Homme et Pimprenelle ont posé leurs valises chez leurs grands-parents. Pas difficile de dire qui est le plus ravi : Zéro enfant à coucher, zéro enfant à surveiller, zéro enfant à porter, zéro enfant à nourrir, zéro couche à changer.

Les plus heureux, c'est nous !

Nous allons très égoïstement penser rien qu'à nous pendant 3 jours en profitant d'un festival flamenco. Dans l'absolu, nous ne vénérons pas le flamenco justifiant autant de kilomètres ; par contre, nous adorons un groupe andalou qui fait le déplacement jusque là-bas pour son tout premier concert en France. Etant donné qu'ils ne sont pas connus dans l'hexagone, pas sûr que cette performance se reproduise alors nous traversons une partie du pays pour les voir. Ca fait groupie de 14 ans.

Nous allons pouvoir organiser nos journées différemment d'avec les enfants par exemple nous présenter dans les restaurants à 12h30 au lieu de 12h. Nous présenter pour le p'tit déj à 8h32. Changement de vie radical !

Tout ça, ce sera après avoir roulé quelques heures avec

Ceux qui doublent sans clignotant,

Ceux qui finalement vont tout droit malgré le clignotant parce que le GPS leur indique de tourner "légèrement" à droite mais qu'ils ne savent plus très bien si le "légèrement" veut dire tout droit mais légèrement à droite ou bien à droite vraiment,

Ceux qui vont à 45km/h quand on peut être à 50,

Ceux qui roulent à 70km/h en ville comme sur les nationales,

Ceux qui pilent au passage d'un radar,

Ceux qui roulent avec les phares anti-brouillard quand il n'y a plus de brouillard,

Ceux qui pensaient être en plein phares mais qui n'étaient pas en plein phares et qui passent en plein phares au moment de nous croiser,

Ceux qui nous klaxonnent quand on hésite au carrefour d'une ville inconnue,

Ceux qui mettent le clignotant pour montrer qu'on peut les doubler là maintenant tout de suite (Eh, tu crois peut-être que tu vas m'apprendre à conduire ?! Tu crois que tu la connais mieux que moi la route ? Non mais oh, c'est qui le touriste ici ?!), *

Ceux qui ont eu le culot d'être sur la même route que nous à la même heure que nous au point de faire un bouchon PILE devant nous,

Ceux dont le voyage s'arrête là, sur cette voie d'arrêt d'urgence, capot ouvert, triangle posé, gilet fluo enfilé, valises déchargées, disputes assurées,

Ceux qui suivent respectueusement le GPS au point de se trouver dans une ville à la consonnance semblable mais à 400 km de là où leur hôtel est réservé, **

Ceux qui vont sagement attendre d'avoir 5 km de visibilité pour doubler le cycliste qui fait l'effort de rouler le plus à droite possible pour justement se débarrasser de ses poursuivants à moteur,

Ceux qui roulent collés au camion juste devant parce que dans le camion c'est papa et que dans la voiture, c'est la jeune fille qui a terminé son année d'études dans une contrée qui n'est pas la sienne et qu'elle rentre bien vite chez elle, *

Mais la route c'est aussi la voiture qui ronronne, les émissions de radio qui bercent, les paysages qui défilent, les reliefs qui s'aplatissent, le soleil qui tourne, la chaleur qui étouffe, la fraîcheur qui fait se rhabiller, les odeurs qui changent, la végétation qui s'adapte aux terroirs, le vent dans les cheveux quand une fois au ralenti on peut ouvrir les fenêtres, les pauses cafés en regardant les autres filer sur l'autoroute...

On est bientôt arrivés mais le trajet est déjà la promesse de beaux moments.

Bon week-end à vous !

* Aux astérisques, ça sent le vécu : Oui j'exècre qu'on me donne l'autorisation de doubler en voiture. Et oui, étudiante, je me languissais de rentrer chez moi en voiture à chaque période vacances scolaires.

** véridique bien sûr mais nous n'avons pas de GPS donc ce n'est pas notre aventure à l'Homme et moi.

Partager cet article

Commenter cet article